Portrait_rosy-1

Rosy est née à Boulogne-Billancourt.
Il paraît que les rêves et images des premières années modèlent la vie d’un être. Les premières photos de Rosy, à 3 jours, marqueront sa vie. Tout est là : la dentelle, les fleurs exotiques montées de manière classique, les stucs et dorures, les toiles, le foulard de sa mère, la manière dont elle-même est emmaillotée à la congolaise, etc. Fille d’un banquier et de l’une des premières présentatrices de JT du Zaïre, élevée par une famille belge : la mixité culturelle n’est pas qu’un vague concept, mais le mode de vie dans lequel elle évolue, de par les œuvres d’art qui circulent chez elle et qui lui donneront l’envie de fréquenter les artisans avant d’oser en devenir une, elle-même. Rosy est fascinée par les beaux détails et les histoires qui y sont liées. En vivant dans ce musée à ciel ouvert qu’est la ville de Florence, elle se met à la broderie et à la création de bijoux, puis sera assistante styliste à Bruxelles, aménagera les bureaux Corporate de la société Tigo (groupe Orange) à Kinshasa, où elle sera également consultante pour la restauration des bureaux de la haute direction de la Banque Nationale.
Elle expose ensuite ses bijoux dans deux galeries d’art bruxelloises, est présente dans le shop du Musée Ianchelevichi. Pour elle, dessiner, écrire, sculpter, réaliser un bijou, un stylisme, un meuble ou une composition florale, constituent une seule et même dynamique. Un peu comme écrire en utilisant l’alphabet arabe dans l’une ou l’autre langue. Elle recrée inlassablement son monde idéal : frais, riche, plein d’espoir, d’humour, coloré de petites histoires humaines sans complexes.

Phrase signature